Encyclopédi-je. Li den Tao

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

 

 

 

Li Den Tao.  Ier siècle AV-JC

 

 

Originaire de la région de Luoyang, dans la vallée du Huanghe. Lettré chinois à la fois astronome, alchimiste, poète et peintre. Il est surtout connu pour ses apports à la pensée « philosophique » chinoise et comme conseiller de l’empereur Han Li Wang puis de son fils Man Tc’hong.

Il cultivait le Dao et les pratiques de l’immortalité, vivait en « sage caché » selon la tradition taoïste. Il ne reste de ses écrits que deux longs textes en stances rimées qui donnent un aperçu  de sa pensée et quelques textes poétiques.

 

Le « traité  des quatre mondes » expose une conception quasi matérialiste de l’univers qui, sans remettre en cause des textes plus anciens, apporte une orientation nouvelle au taoïsme et enrichit la tradition des techniques de longue vie pratiquées par les adeptes du Laogi. Selon le « Traité des Quatre mondes », pour vivre longtemps, il faut avoir des attitudes conformes aux mouvements alternatifs du Yin et du yang : « il ne faut pas produire des choses soi même, mais tout laisser à l’état originel, ne pas intervenir, ne pas troubler l’harmonie naturelle, abolir la prétention à la sagesse. ».

De nombreuses attitudes y sont décrites devant guider le comportement humain. Elles concernent aussi bien la médiation que le sommeil, l’acupuncture, un ensemble de mouvements et de postures corporelles, et même de pratiques sexuelles où l’homme doit s’efforcer d’absorber la substance féminine, et la femme, de recueillir une part  de la matière masculine. L’union des matières subtiles dans le corps de l’adepte lui permettant de nourrir l’équilibre du Ying et du Yang.

 

Dans le second grand texte, «le « Traité du miroir » de nombreuses stances sur la méditation et le sommeil évoquent une notion qui peut clairement être rattachée à celle d’inconscient telle que sera définie plus tard par Sigmund Freud. En Alchimie comme en astronomie, ses travaux tendent à l’exploration des contraires conçus comme principes d’unité. Son œuvre poétique, « Les chants de la porte du destin », « Les vagues du soleil », « Le livres des lunes », introduisent le lecteur dans un monde sensuel et subtil. Des images audacieuses bousculent littéralement notre perception du réel et rendent compte d’une expérience quasi « extra-naturelle » de l’univers.

 

 

Publié dans encyclopédie-je

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article