Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6 articles avec l'atelier au fond du jardin

L'archipel des Antélizes (5)

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

Les lois et la justice. 

 La justice est rendue par des collèges de six magistrats  choisis parmi les membres de la « Délibération » de chaque communauté villageoise ou citadine. Leurs jugements font l’objet de décrets, ils font partie des rares écrits. En effet, il n’existe pas de lois écrites mais des traditions orales, des lois coutumières. Réflexions et délibérations  sont publiques.  Tout membre ou ancien membre d’une assemblée a le droit de s’y exprimer afin d’éclairer tel ou tel aspect de l’affaire, de se référer à telle tradition ou affaire déjà jugée dans tel ou tel sens à sa connaissance. La mémoire joue un très grand rôle. Il est convenu que chaque personne doit s’efforcer tout au long de sa vie de participer à l’effort de conservation de l’expérience collective. Il est aussi convenu que l’oubli peut être salutaire et que l’innovation peut être nécessaire.

Les châtiments physiques ne sont pas pratiqués. Les peines sont constituées de différentes sortes de privation de biens  et  de formes contraignantes de mise à l’écart ou d’exil  temporaire.

La tradition et les lois coutumières sont conservées par un aréopage d’anciens membres du « Grand Conseil » qui se réunit quatre fois par an lors d’une session dite de transmission. Lors de ces sessions, l’aréopage initie de nouveaux membres qui prendront progressivement le relais des plus anciens. Les membres du « Conseil de la tradition » sont, entre-autres, chargés d’inventer et de fixer des récits à valeur emblématique  afin de favoriser la mémorisation et la diffusion des grands principes des lois coutumières.

L'archipel des Antélizes (4)

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

L’éducation

L’éducation fait l’objet de normes strictes. Tout enfant doit étudier la langue et les coutumes de l’archipel tout en apprenant un métier auprès d’une des corporations. La  formation, qui s’achève vers l’âge de 20 ans,  est organisée en périodes alternant l’étude intellectuelle, des pratiques artistiques (qui incluent des pratiques corporelles) et des études professionnelles. La vie matérielle des enfants est largement prise en charge par la communauté, aucun ne peut être délaissé.

Les pratiques artistiques, obligatoires pour chacun, sont importantes dans la vie de l’île. Elles débouchent, pour une part, sur la perpétuation de la « Pratique du grand Rêve ». Cette activité aux fortes dimensions spirituelles  fait  partie du cœur de la civilisation de l’archipel. Tout habitant doit y consacrer un temps pendant l’année, cela peut aller de quelques minutes par jour à plusieurs semaines par an. Des moments forts en commun ponctuent d’ailleurs l’année et sont l’objet de fêtes remarquables.

L’art de la parole est particulièrement  travaillé, on vise à ce que chacun soit capable de s’exprimer, de participer à une session de délibération, d’apporter le conseil et de savoir entendre les propos de l’autre.  Cet apprentissage est d’ailleurs complété par celui des pratiques de "l’art du silence."

L'archipel des Antélizes (3)

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

 

Mœurs et coutumes.

 

La propriété.

La propriété n’existe pas vraiment du moins n’est-elle que temporaire et provisoire. Les habitants de l’archipel acquièrent des objets par leur activité mais les biens durables ne sont pas considérés comme réservés à l’usage de leur propriétaire. Même si des fortunes considérables sont parfois constituées, la réputation d’une réussite matérielle provient de la quantité d’objets qu’un individu parvient à faire partager à son entourage, en particulier familial et communautaire.

L’héritage de biens importants comme des terrains ou des bâtiments, des équipements techniques n’existe pas. Quand, par exemple,  une personne se fait construire une maison, elle en aura l’usage de son vivant mais elle sait qu’elle ne la transmettra pas à sa descendance, c’est la communauté villageoise qui en gèrera l’attribution en fonction des besoins de la population.

Il faut dire que le Conseil et la Délibération de chaque communauté  constituée par les habitants d’un village ou d’une ville a la charge de veiller à la satisfaction des besoins de chacun en matière de logement, de nourriture et d’éducation. Il revient aux individus de choisir leurs activités et de jouir des profits qu’ils en tirent mais la contribution à l’équilibre de la vie commune est considérée comme une priorité 

 

La famille

 La famille a une forme assez particulière, le centre  en est la femme. L’institution du mariage n’existe pas. Hommes et  femmes vivent en couple mais leur relation n’est pas l’objet d’un contrat. Ces couples peuvent se former et se séparer à leur gré sans en  rendre compte à la société. C’est l’éducation des enfants qui  est l’objet d’engagements forts entre les parents. Toutefois il est courant, voire normal qu’une femme ait des enfants de pères  différents, elle est le pivot et le ciment de la famille. Toute défaillance parentale, de quelque nature que ce soit entraîne l’intervention de la communauté qui veille à ramener l’homme ou la femme  au respect de ses devoirs.

L'Archipel des Antélizes. (2)

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com


L'administration et le gouvernement de l'archipel.  

 

 

         L’archipel est dirigé par un conseil dit « Grand Conseil », constitué de cinq femmes et quatre  hommes pour un cycle de trois ans puis de cinq hommes et quatre femmes pour le cycle suivant. Ses membres portent le titre de « Grands serviteurs » ou parfois  « Grands Conseillers du Service ».  L’un des membres est élu président du Grand Conseil  pour l’année, la fonction revient alternativement à une femme puis à un homme. Ces personnes sont élues par la population parmi  les membres d’une assemblée constituée de quatre-vingt seize  personnes dont la moitié des membres a été tirée au sort et les autres élus par les communautés villageoises ou des cités par le biais d’un suffrage local.

 

Cette assemblée porte le nom de « Grande Délibération ». Les membres de cette assemblée tirés au sort n’ont pas le droit de refuser cette tâche, ils sont issus de trois collèges différents constitués sur la base de l’ensemble de la population recensée, celui des enfants (de 10 à 20 ans), celui des accomplis (de 20 à 50 ans) et celui des anciens (au-delà de 50 ans). Chacun de ces collèges est lui même divisé entre les hommes et les femmes, chacun des 6 groupes ainsi constitué envoie  8 représentants désignés  par le tirage au sort. Ce principe de constitution d’un assemblée est appelé le principe de « l’œil  multiple ».

 

Chaque communauté locale (village ou cité) fonctionne selon le même  principe : un « Conseil », et une « Délibération » issus pour une part de l’élection et d’autre part un tirage au sort.

 

Les membres des «  Conseils » ou « Délibération »sont élus pour 3 ans, ils ne peuvent assurer plus de deux mandats consécutifs.

 

 

 

 

 

 

L'archipel des Antélizes. (1)

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

 

L’archipel des Antelizes est constitué d’une île principale entourée d’îles plus petites qui sont disposées globalement au 4 point cardinaux de la première. Cet ensemble d’îles serait  situé dans les basses latitudes de l’Atlantique nord.

 

L’existence de cet ensemble d'îles est évoquée  dans des fragments  de textes  écrits  de la main  d’un vieil homme  qui se serait nommé Najdane  Edilito. Il vivait  retiré dans une petite bourgade de la côte occidentale du nord de l’Afrique, proche d’un comptoir portugais de la côte marocaine. On ne sait pas grand-chose de lui. Quelles sont ses origines ? Son identité est-elle exacte ? Fut-il négociant, navigateur, plus ou moins pirate ou naufrageur, un peu tout cela à la fois ? Il est resté un certain nombre de cahiers qui, a-t-on dit, constituaient une sorte de journal. On y trouva des récits, des comptes-rendus de conversations, des exposés divers : descriptions géographiques, observations  ethnologiques ou encore  des considérations plus ou moins  claires et crédibles  sur l’histoire de peuples rencontrés dans ses voyages.

 

Ce vieil homme dit avoir recueilli deux naufragés, Antinor et Zeldane. A ses dires, ces deux personnes lui ont fait le récit d’éléments de leur vie sur un Archipel nommé les Antélizes qu’ils auraient quitté dans des circonstances mal définies. Ces récits, du moins ce qui nous en est parvenu, sont regroupés en deux ensembles : la Chronique de Majorine et la Chronique des Minorelles. On ignore si ces noms ont été donnés par l’auteur des chroniques ou s’il est celui donné par les rescapés. Cela n’a jamais pu être éclairci. Des  restes de ces carnets onpeut tirer les informations suivantes.

 

 

Géographie.

 

 L’île de Majorine s’aborde le plus aisément par la côte nord fort rocheuse qui abrite une ville portuaire située au débouché d’un estuaire étroit. Il forme une vallée encaissée qui rompt une gigantesque falaise défendue par des récifs aussi nombreux que dangereux. D’autant plus dangereux que la mer est ici traversée de courants puissants qui exigent une véritable expertise dans la navigation. L’abondance des récifs qui entourent l’île, l’aspect redoutable de ces falaises aux criques déchiquetées (très présentes sur la majorité du périmètre de  l’île)  a découragé  toute entreprise d’exploration ou de relevés précis et systématiques. Il n’existe pas de carte fiable du littoral de cette terre, il semble  d’ailleurs que l’établissement d’un tel document était découragé par les autorités de l’île, peut-être même était-il interdit.   

 

 On a  pu repérer  toutefois quelques rivages plus abordables mais ils sont très éloignés, à l’exception d’un seul, de toute agglomération importante.

 

Le climat semble y être doux avec des saisons plus ou moins humides. Les vents y jouent un grand rôle. Les paysages sont verdoyants le plus souvent  mais le relief y est essentiellement montagneux, escarpé. Quelques plaines  sont évoquées. Il semble que la population soit installée dans des petites bourgades implantées près des cours d’eau.  Plusieurs ont des débouchés vers la mer par des estuaires sinueux et étroits.

 

  

 

Histoire.

 

 La chronique évoque à plusieurs reprises des temps anciens auxquels faisaient référence les habitants et certains édits. Mais il n’est jamais questions de dates précises ou identifiables. Le temps semble organisé à partir de cycles lunaires ou astronomiques. Il est souvent fait référence à des  « Colloques des lunes », sans que l’on sache s’il s’agit d’événements astronomiques liés à l’observation d’astres ou de constellations appelées « lunes » ou s’il s’agit de pratiques rituelles fondées sur  les dispositions des astres telles qu’on a pu les observer en différents moments de l’année.

 

    Des événements remarquables ou des périodes particulières sont évoqués. Il est par exemple question de relations avec d’autres peuples ou Etats, de fêtes rituelles, de début ou de fin de magistratures, ou encore d’événements difficiles  à catégoriser.

 

 

 

La chronique établie par Najdane  Edilito décrit quelques unes des caractéristiques de la vie en société aux Antélizes. Par commodité on les a regroupées par centres d’intérêts, ils  ne sont pas organisés de cette façon dans le manuscrit du vieil homme, lequel semble plutôt avoir a noté toutes ces informations au fil du récit des rescapés

 

  ( A suivre...)

 

Mode d'emploi

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com


Dans l'atelier du fond du jardin, au fil du temps, viendront prendre place des travaux en cours de réalisation. Des brouillons en quelque sorte.

On pourra suivre leur évolution et proposer des pistes ou souhaiter des orientations.

Pour l'instant, le travail en cours est un texte, un article qui pourrait trouver sa place  pour un "dictionnaire des lieux imagainaires" tel que celui d'Alberto maguel et Gianni Guadalupi pour Actes Sud (1998)