Cabinet de lecture : Alberto Manguel

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

 

Alberto Manguel est un écrivain (il a aussi une très belle voix) d'origine argentine, citoyen canadien, parfaitement francophone (il vit en France).

J'ai repris, ces jours-ci,  la lecture de son "Journal d'un lecteur" (Actes Sud - 2004). Pourquoi ce retour ?

Je retrouve quelques passages qui avaient attiré mon attention.

 

"Lire, c'est parfois constituer des anthologies."

 

""Je vais dormir une nuit dans la bibliothèque, afin de m'en approprier véritablement l'espace. Mon épouse dit que ça équivaut, pour un chien, à pisser dans les coins."

 

"La méthode adoptée par Buzzati (dans le "désert des Tartares") pour les mots de passe est proche du vocabulaire dépourvu d'ambiguïté de Bush : le bien et le mal, eux et nous, noir et blanc, tort ou raison. Dans La chanson de Roland : "Païens ont tort, et Chrétiens ont droit".

Ernets Bramah dans Kaï Lung's Golden Hours : on ne peut guère attendre de quelqu'un qui a passé sa vie sous un parapluie officiel qu'il maîtrise les analogies les plus subtiles de l'ombre et de la lumière."

 

" A son arrivée aux Etats-Unis, Chateaubriand est accueilli par une jeune esclave qui vend des gâteaux de maïs, des poulets, des oeufs et du lait. Après avoir payé, il lui donne son mouchoir de soie et note : "Ce fut une esclave qui m'accueillit sur la terre de liberté".

 

 

"L'horreur ressentie devant des actes tels que l'attentat du 11 septembre, on en retrouve des échos depuis la nuit des temps :  celle des Arabes devant la brutalité des premiers croisés ;  l'incrédulité des Incas ne pouvant concevoir que rien d'humain fût aussi sanguinaire que les hordes de Pizarro ;  les aborigènes de Tasmanie incapables d'exprimer par des mots ( leur langage n'en avait pas inventé à cet usage) la brutale grossièreté des colons européens."

 

 

"Dans son mémoire sur le Tasse, Chateaubriand rapporte qu'un  jour qu'il était assis au coin du feu,  le poète vit un rayon de soleil entrer par la fenêtre et s'exclama : " Voilà l'esprit ami qui est venu courtoisement me parler."

 

 

Alberrto Manguel a écrit  une captivante Histoire de la lecture (Actes Sud) et l'indispensable Dictionnaire des lieux imaginaires (avec G Guadalupi), ce bouquin est un bijou.

Publié dans Petite Bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article