Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.

Publié le par lignesdesuite.over-blog.com

Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.
Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.

Ma première expérience physique d'une oeuvre de Tadashi Kawamata s'est produite dans la parc du château de Chaumont-sur-Loire.

Je me trouvais au milieu de ce parc et j'ai été attiré par un bouquet d'arbres, de cèdres centenaires plus précisément. L'ombre de ces géants invitait à une pause. Je me suis approché. Et j'ai découvert au pied de ces arbres un agencement, un emboîtement de planchers en bois légèrement surélevés par rapport au sol. Les surfaces rigoureusement plates et lisses créaient un espace bien délimité mais entièrement ouvert.

     Il n'y avait qu'à se tenir là. Assis sur ce sol ou debout. Que faire d'autre alors que de contempler ces géants qui m'offraient l'hospitalité ? Au loin je pouvais apercevoir les formes plus ou moins masquées du château, d'autres bouquets d'arbres, des silhouettes déambulant dans le domaine, des oeuvres d'art implantées là. Mon assise me faisait spectateur privilégié.

Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.
Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.

         Au bout d'un certain temps, mon attention s'est attachée aux arbres eux-mêmes. La puissance de leur corps, leur posture longuement élaborée, la complexité étourdissante et fine de leurs ramifications, la délicatesse de leurs feuilles. Des danseurs dans une posture stable, développant leur infime mouvement commencé il y a bien longtemps. Je sens qu'ils racontent une histoire à travers leur gestuelle, ample et majestueuse, raffinée. A moi d'être attentif, à l'écoute, de me rendre capable d'être un interlocuteur digne de leur propos et de leur art.

Je me risque à explorer le temps et l'espace, j'imagine la lignée dont ils sont issus, j'évoque leurs lointains cousins dispersés sur la Terre depuis l'aube des temps.

Leur sérénité me gagne, ils m'ont accepté auprès d'eux, n'attendant de moi que ce silence propice au véritable échange, au rétablissement d'un lien fondamental et pourtant si fragile entre eux et moi, entre eux et nous. Leur noblesse est incontestable, leur bienveillance est manifeste. Il me vient encore une fois cette intention, cette envie de savoir rester fidèle à ce lien.

J'ai appris que cet endroit a été conçu par Monsieur Tadashi Kawamata comme un espace de méditation. Il est en effet là, offert aux humains affolés, courant tête baissée et les yeux fermés, divaguant au gré de rebonds hasardeux sans le moindre discernement. Quelques planches assemblées, invitant à un suspens au pied des plus sages créatures qui soient. Mais, au fait, c'est quoi une méditation ?

Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.
Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.
Tadashi Kawamata, invitation sous les cèdres.

Publié dans la chambre d'amis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article